COLLECTIF DES ACTIONS ET DES CLUBS COMMUNAUTAIRES ET SOCIAUX

BAIE-D'URFÉ

COMMUNITY AND SOCIAL ADVOCACIES AND CLUBS ASSOCIATION

 

 

EN BREF : À PROPOS

Le CACCS BAIE-D'URFÉ est une association incorporée et enregistrée en ' personne morale sans but lucratif ' au Québec.

 

Ses mandats sont de promouvoir et animer la vie citoyenne, communautaire et sociale des résidents de la municipalité de la Ville de Baie-d'Urfé en soutenant les initiatives et actions collectives bénévoles par la fourniture à ces dernières des avantages d'un cadre juridique et règlementaire établi, d'un soutien administratif en matière de gestion logistique des opérations, et d'autres services connexes, pour la réalisation d'une vision coopérative du devenir.

GESTION ADMINISTRATIVE ET COMMUNICATIONS

COLLECTIF DES ACTIONS

ACTIONS CITOYENNES

ACTIONS SOLIDAIRES

ACTIONS VERTE

ACTIONS ÉDUCATIVES

COLLECTIF DES CLUBS

SECTIONS ASSOCIATIVES

ORGANISMES AFFILIÉS

GUICHET CITOYEN : LOISIRS BAIE-D'URFÉ

MEMBRES DU CONSEIL D'ADMINISTRATION DU CACSS BAIE-D'URFÉ

Gilles GALLIANO (Président, 2017-2019), Rudel FILLION (Secrétaire-Trésorier, 2017-2020) et Marc-Alexandre GOLD (Vice-Président, 2017-2021).

NOMBRE TOTAL DE MEMBRES ASSOCIÉS (4 DÉCEMBRE 2018) : 60

50 résidents de la municipalité de la Ville de Baie-d'Urfé.

COURRIEL : secretariat@caccs.org

PAGE FACEBOOK : facebook.com/caccs/

La page est publique, toutefois elle n'a pas vocation d'être un groupe d'échange. Sa nature est purement informative.

MEMBRES FONDATEURS

  • Gilles GALLIANO

  • Rudel FILLION

  • Marc-Alexandre GOLD

LES MOTS D'ORDRE DU CACCS BAIE-D'URFÉ

  • Aucune activité lucrative, et aucun gain pécunier pour les membres

  • Aucune activité politique, et aucune activité de lobbying

  • Aucun soutien ou promotion des organisations religieuses ou confessionnelles

  • Communications avec les autorités locales de nature respectueuse et constructive

 
RÈGLEMENTS ET POLITIQUES

STATUTS SOCIAUX

Avec les Lettres Patentes de la personne morale sans but lucratif, l'Objet Social, la Mission Associative, le Règlement de Régie Interne et le Code d'Éthique Communautaire et de Déontologie Citoyenne constituent les Statuts Sociaux de la personne morale sans but lucratif.

OBJET SOCIAL

L'Objet Social de la personne morale sans but lucratif  fait partie intégrante de ses statuts constitutifs. Il détermine les capacités de la personne morale sans but lucratif en termes d'activités, et les limites quant à ces activités.

MISSION ASSOCIATIVE

La Mission Associative de la personne morale est la vulgarisation des objets des activités menées. 

RÈGLEMENT DE RÉGIE INTERNE DU CACCS BAIE-D'URFÉ

Avec la Mission associative, le Règlement de Régie Interne constituent les règles fondamentales régissant les actions de la personne morale sans but lucratif dans le cadre de l'accomplissement de son Objet Social. Le Règlement de Régie Interne de la personne morale énonce l'organisation et le fonctionnement de cette dernière.

CODE D'ÉTHIQUE COMMUNAUTAIRE ET DE DÉONTOLOGIE CITOYENNE

Le Code d'Éthique Communautaire et de Déontologie Citoyenne est une politique cadre visant à rassembler les résidents autour d'une ligne de conduite en société respectueuse, constructive et solidaire.

CODE DE CONDUITE DU CACCS BAIE-D'URFÉ ET DE SES SECTIONS ASSOCIATIVES

Le Code de Conduite est une politique interne contraignante règlementant la conduite des Membres et des Sections Associatives envers les autres Membres et les autres Sections Associatives.

POLITIQUE DE CONFIDENTIALITÉ ET DE PROTECTION DES RENSEIGNEMENTS PERSONNELS

La Politique de Confidentialité et de Protection des Renseignements Personnels énonce les règles à observer quant à la collecte de renseignements personnels, la manière de manipuler ses informations et la manière de les protéger.

ÉNONCÉ DE CONFIDENTIALITÉ DE LA PLATEFORME WEB

L'Énoncé de Confidentialité de la Plateforme Web vise à expliciter aux utilisateurs de la Plateforme Web la traduction de la Politique de Confidentialité et de Protection des Renseignements personnels.

CONDITIONS D'UTILISATION DE LA PLATEFORME WEB

Les Conditions d'Utilisation de la Plateforme Web est l'énoncé contractuel des conditions d'usage de la Plateforme Web par ses utilisateurs.

 

GESTION ADMINISTRATIVE

C'est le Conseil d'Administration qui est responsable de la Gestion Administrative du CACCS BAIE-D'URFÉ, qui est responsable devant la loi et l'Assemblée Associative des Membres.

ADMINISTRATEURS ET CONSEIL D'ADMINISTRATION

Le Conseil d'Administration confit la gestion opérationnelle du CACCS BAIE-D'URFÉ au Vice-Président du Conseil d'Administration, qui en délègue toute ou partie au Secrétaire Général du CACCS BAIE-D'URFÉ le cas échéant. Le Vice-Président du Conseil d'Administration est coopté parmi et par l'ensemble des Membres du Conseil d'Administration annuellement par Résolution du Conseil d'Administration. Le cas échéant, le Secrétaire Général est nommé par le Conseil d'Administration sur proposition du Vice-Président du Conseil d'Administration.

SECRÉTARIAT GÉNÉRAL ET GUICHET UNIQUE

Le Secrétariat Général du CACCS BAIE-D'URFÉ est sous la responsabilité du Conseil d'Administration.

Le Président du Conseil d'Administration est responsable des Relations Publiques

Le Vice-Président est responsable de la gestion opérationnelle.

Le Secrétaire-Trésorier du Conseil d'Administration est responsable des services en charge de l'Administration comptable, de la Conformité légale, et de .

COMMUNICATIONS

C'est le CACCS BAIE-D'URFÉ qui assure la responsabilité des communications officielles (incluant celles de ses Sections Associatives, à l'exception du contenu des Pages Facebook® de type groupe de ces dernières) afin de s'assurer qu'elles respectent ce que prescrit en la matière le Code d'Éthique Communautaire et de Déontologie Citoyenne, mais aussi le Code de conduite du CACCS BAIE-D'URFÉ et de ses Sections Associatives : c'est-à-dire notamment que ces dernières agissent toujours de manière honnête et objective, de même que respectueuse et constructive, et finalement qu'elles ne soient pas contraire à la Mission Associative - et plus largement à l'Objet Social - de la personne morale sans but lucratif ni les limites de mise-en-oeuvre de ces dernières.

RELATIONS PUBLIQUES

 

GESTION ADMINISTRATIVE ET COMMUNICATIONS

IMPLIQUER VOUS AUJOURD'HUI

POUR PARTAGER VOTRE OPINION DE RÉSIDENT SUR L'AVENIR COMMUNAUTAIRE

DE BAIE-D'URFÉ

VOUS AVEZ DIT : 'COLLECTIF' ?

 

Définition

Le terme 'collectif' définit les actions et les choses auxquelles il est appliqué, comme étant réalisé par, ou destiné à un groupe de personnes.

 

Ici par essence les résidents de la municipalité de la Ville de Baie-d'Urfé constituent le groupe de personnes, tant quant à ceux qui réalisent - que quant à ceux qui sont destinataires.

Autres usages de 'collectif' en langue française

Dans les arts, un 'collectif d'artistes' est une initiative qui est le résultat d'un groupe d'artistes travaillant ensemble, le plus souvent sous leur propre direction, vers des objectifs communs.

Dans l'édition de livres ou de disques, un 'collectif d'auteurs' est utilisé pour englober plus de trois auteurs, et un 'collectif d'interprètes' et utilisé pour englober plus de trois interprètes.

Par ailleurs, on parle d'action collective (dans le sens d'action coopérative, la traduction en langue anglaise par 'collective actions' est incorrecte dans ce contexte), lorsqu'un groupe, organisé ou non, réalise une action particulière.

Des actions coopératives...

Une action coopérative est un ensemble d'actions (communes ou conjointes) coordonnées par des individus en fonction de leurs buts, du groupe auxquels ils appartiennent et qui sont considérées comme partagées. Une action coopérative suppose la coordination délibérée et concertée par les agents eux-mêmes de leurs actions individuelles en un processus plus ou moins réglé et finalisé. Les agents assument alors une responsabilité commune. Ainsi comprise, la coopération se caractérise selon deux dimensions : sa polarité et son degré.

 

Axiologiquement neutre, le concept praxéologique de coopération admet une double polarité : positive et négative. La coopération peut prendre aussi bien la forme d’une collaboration (selon la connotation habituelle du terme) où les agents sont des, partenaires, alliés, que d’une compétition où les agents sont des adversaires, rivaux, ennemis. Dans les deux cas, les agents doivent mutuellement se considérer comme des personnes minimalement rationnelles, qui agissent selon un principe de coopération monnayé en un système de règles plus ou moins institutionnalisé et contraignant. Par exemple à toutes fins illustratives : construire un bâtiment suppose la collaboration de divers corps de métiers, faire la guerre est une confrontation, théoriquement elle aussi soumise à des règles. Dans le domaine communicationnel, la conversation, l’entretien sont des dialogues à orientation irénique alors que la discussion, la dispute, le débat sont plus ou moins agonistiques. Les formes les plus antagonistes supposent toujours un minimum d’accord sur les règles du jeu que l’on joue ensemble. Tant qu’il ne tourne pas au pur pugilat, le combat de boxe demeure une coopération agonistique qualifiée par certains de « noble art ». Tant qu’il ne dégénère pas en un affrontement physique, le débat le plus véhément demeure une forme verbale de coopération.

 

Dans sa forme interactionnelle, la coopération peut être plus ou moins poussée. On distinguera une forme faible : l’action commune, et une forme forte : l’action conjointe.

 

Action commune 

L’action commune opère la coordination des actions individuelles qui deviennent des actions particulières (identiques, différentes ou opposées) intégrées à un projet commun défini par des buts et des stratégies mutuellement acceptées. Sous la forme positive, c’est par exemple l’action de pousser ensemble une voiture, jouer ensemble un morceau de musique ; sous la forme négative, c’est par exemple l’action de jouer au tir à la corde. Dans le champ communicationnel, un discours politique s’avère une action commune : l’orateur parle et fait des promesses, le public écoute et est supposé le croire. La coordination peut être simultanée, par exemple le tir à la corde, ou alternée par exemple scier une planche de bois au passe-partout. Dans les modalités socialement complexes, elle peut aussi être différée, par exemple la construction d’une cathédrale.

Action conjointe

L’action conjointe (ou coaction) est la forme la plus sophistiquée de coopération puisqu’elle coordonne des actions particulières différentes en une interaction imprévisible. C’est le cas de nombre de jeux et de tous les jeux de langage. C’est ce qui se produit lors d’une partie d’échecs, de hockey, d’une course de voiliers. En ces cas, le jeu est fini, d’autres sont ouverts, telle la compétition économique, etc. Pour ce qui concerne le domaine communicationnel, le paradigme de l’action conjointe est le dialogue (qu’il soit collaboratif ou antagoniste) tel que l’a initialement défini Grice. Le dialogue est une interaction forte dont la conduite et le contrôle sont distribués sur les deux interlocuteurs, dont les buts et les modalités se négocient au cours de son déroulement. L’échange épistolaire est une action conjointe différée.

Ici les actions coopératives sont 'citoyennes, solidaires et altruistes' : c'est-à-dire qu'elles sont menés par un collectif de citoyens (essentiellement également résidents de la municipalité de la Ville de Baie-d'Urfé) ; et, leurs mises-en-oeuvre sont caractérisés selon la situation par des actions communes ou des actions conjointes.

'Collectif des Actions' NE VEUT PAS DIRE 'Action Collective'.

COLLECTIF DES ACTIONS COMMUNAUTAIRES ET SOCIALES

Au CACCS BAIE-D'URFÉ, on est toujours à l'action. À titre de Collectif des Actions Communautaires et Sociales, nous entreprennons des actions citoyennes ayant une portée communautaire et/ou sociale, mais qui peuvent également intrinsèquement avoir une composante solidaire, verte et/ou éducative.

 
 

PROMOTION

Les atouts de la municipalité de la Ville de Baie-d'Urfé.

PLAIDOYER

Opinions citoyennes,

Solutions communautaires.

SOLIDAIRES

Coopération communautaire,

Actions solidaires.

VERTES

Conscience sociale,

Alternatives vertes.

ÉDUCATIVES

Contribuer à l'éducation de la population.

{&}
COLLECTIF DES CLUBS COMMUNAUTAIRES ET SOCIAUX

Comme nous l'avons vu ci-dessus, il n'y a en pratique pas d'actions communes ou conjointes sans groupes pour les animer. C'est la raison pour laquelle le CACCS BAIE-D'URFÉ est aussi intrinsèquement un 'Collectif de Clubs Communautaires et Sociaux' où chaque groupe (Section Associative) partage un cadre institutionnel commun et une trame de mission commune, mais a aussi une mission propre.

 

RÉCrÉATIFS

Arts, Sports, Cuisine, Animaux domestiques,

Lecture, Écriture, Jeux...

CARITATIVES

Philanthropie...

CULTURELS

Cultures, Langues, Patrimoine...

SOCIÉTAUX

Enjeux sociétaux :

Jeunes, Aînés, Famille,

Alimentation, Éducation,

Consommation,

Transports,

Environnement,

Qualité de vie...

LIENS RAPIDES

Correspondre avec Nous

Pour les Résidents : Restez Connectés

Pour les Résidents : Contacts Importants

Pour les Résidents : Informations Civiques

ÂGIR!
BESOIN D'AIDE? UNE QUESTION?

MENTIONS LÉGALES

PERSONNE MORALE SANS BUT LUCRATIF [L.R.Q. CHAPITRE C-38, PARTIE III] | NEQ : 1173246985

BAIE-D'URFÉ, QC - CANADA | caccs.org | contact@caccs.org

PUBLICITÉ LÉGALE | CONDITIONS D'UTILISATION | ÉNONCÉ DE CONFIDENTIALITÉ | PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

0